Edito Lettre n° 9 - Juin 2010

"Le présent du passé c'est la mémoire, le présent du présent c'est l'action, le présent du futur c'est l'attente."

 Paul Ricoeur cité par Bernard Reichen au colloque du Havre

 

 

A une époque où la situation, notamment économique, est particulièrement difficile, trop d’arguments fondés sur des enjeux soi-disant prioritaires, tendent à reléguer la défense du patrimoine au second plan, comme en témoignent les inquiétudes exprimées dans vos bulletins et lors de la dernière Assemblée Générale.

L'efficacité des chartes, des outils de la protection, des plans d'urbanisme pose bien des interrogations. Rendez-vous sur www.civitas-nostra.eu, over blog créé à l'aube de cette année 2010 avec le concours de Pierre Housieaux, président de Paris historique.   En un clic, vous pourrez vous rendre sur le site des associations amies, découvrir leurs activités mais aussi les dérives urbanistiques qu'elles s'efforcent de combattre.

Des édifices prestigieux classés monuments historiques  sont menacés de ruine faute d'entretien, ou de perte d'authenticité par un renouvellement inadapté de leur environnement. D'autres sont cédés, sous prétexte d'économie budgétaire, par les Collectivités locales à des investisseurs sans scrupule ...

Les plans locaux d'urbanisme sont bien souvent relégués aux oubliettes quand des ensembles sociaux remarquables de l'après guerre sont menacés de destruction par des constructeurs irresponsables.

Des permis de démolir sont accordés alors que les projets suscitent consternation et contestation de la part des habitants et d'associations regroupant des gens sincères et désintéressés conscients de la valeur collective d'un patrimoine durable, plus ou moins ancien, témoin de notre histoire, de l'évolution des savoir faire  et de notre société ...

 

En France et au delà de nos frontières, nombreux sont ceux qui se battent pour que les collectivités locales et les acteurs socio économiques prennent conscience des enjeux  culturels, économiques et humains de la valorisation de cet héritage trop souvent malmené.

Pour  confronter vos expériences à celle d'un petit pays meurtri qui fait face à une instabilité politique permanente, pour réfléchir aux conditions d'une pratique mémorielle innovante et concertée, pour découvrir d'autres horizons, d'autres initiatives, vous êtes invités à participer au voyage d'étude que Joseph Pharès, administrateur de la fédération, a proposé d'organiser au Liban. A bientôt à Beyrouth.

 

Dany Jullien

 

Fac similé Lettre N° 9

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :