Civitas Nostra - Fédération de quartiers anciens

Publié le par Civitas Nostra

Notre fédération repose essentiellement sur les actions menées par tous ceux qui, sur le terrain, sont confrontés aux divers problèmes posés par la vie des quartiers anciens. Civitas Nostra réunit à la fois des associations locales et des personnes. Elle permet la confrontation de leurs objectifs et de leurs actions, le partage de leurs moyens, l’adaptation permanente aux exigences de la réalité et la mise en route de manifestations communes. Les actions concrètes et les expériences nouvelles lancées au niveau local par les associations membres sont valorisées au niveau national et international par la Fédération qui joue un rôle de « caisse de résonance ».

Ces actions locales vont de l'information du public, des élus, de l'administration (enquêtes participation, expositions...) - notamment pour présenter des avant-projets, des contre-projets d’opérations - à l'animation de quartier (liens avec les groupements existants, création d'activités nouvelles, telles que théâtre de rue en passant par la réalisation de chantiers de restauration.

Les problèmes posés par la place que doivent avoir les centres historiques dans la vie urbaine d’aujourd’hui sont des problèmes propres à notre civilisation, mais les réponses différentes apportées selon le tempérament de chaque pays peuvent être utiles a tous. C'est pourquoi, dès sa création, Civitas Nostra s’est voulue internationale. La fédération est née en 1964 de la rencontre d'associations du Sud-est de la France, de Suisse romande et du Val d’Aoste qui s'étaient retrouvées au premier « Colloque des quartiers anciens », organisé par la Renaissance du Vieux Lyon en 1963. Depuis cette date, de nombreux membres associés, en provenance de 12 nations, ont participé et participent à ses travaux : Allemagne, Belgique, Canada, Espagne, France, Italie, Japon, Liban, Pays-Bas, Suisse, Républiques tchèques et slovaques, Tunisie. Si les principes mis en avant par Civitas Nostra ont fini par être largement admis, leur mise en place pratique est plus difficile : après avoir contribué à avoir de meilleures réglementations, les associations doivent maintenant veiller à leur mise en application sur le terrain selon chaque contexte national.

 

Ces quartiers anciens peuvent être une partie d'une ville, le plus souvent son cœur historique; ils peuvent aussi constituer l'ensemble d'une agglomération. Leur ancienneté peut être plus ou moins grande : l’essentiel est qu'ils possèdent des qualités à sauvegarder et à mettre en valeur.

 

Si les membres de Civitas Nostra sont fidèles au passé de leur cité, de leur région, de leur pays, ce n'est pas pour regretter les temps révolus et essayer de les ressusciter : c'est pour y puiser des leçons adaptables à notre temps. Ce qui nous intéresse au premier chef, c'est la valeur contemporaine des centres historiques. Valeur esthétique, certes; mais d'abord valeur humaine, ainsi que valeur sociale et valeur économique.

Publié dans Présentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article